" Freedom is something that dies unless it's used." Hunter S. Thompson
News Commentées
Partager

Les grands esprits se rencontrent : Kern gicle chez Breitling

Le 4 septembre 2017
Malik
Malik "Pifpaf" Bahri
L'auteur.

« Go ahead, make my day punk. »
« Dirty » Harry Callahan

 

Salut à tous,

  • Désolé pour le rythme irrégulier de publication, je suis sur un autre projet éditorial, je manque un peu de temps pour Foudroyante.

Comme vous le savez, j’ai des petits favoris sur ce site, notamment : Breitling, mon ex-amour horloger de jeunesse, coqueluche horlogère des 90’, et Kern Georges, l’homme transforme l’or en toc.
Comment pardonner son long passage chez IWC : feu la marque Suisse Allemande sérieuse comme une Merco des années 80 et austère comme un épisode de Derrick. Marque que Kern a prostitué en galéjade fluo digne d’un épisode des Marseillais à Cancun…?

Pour comprendre, l’ancien boss d’IWC, Blumlhein et Kern, son successeur. D’un côté le méchant qui chie le style d’un James Bond, de l’autre le méchant d’Austin Powers.

Gunter Blumleinbil_18_st_kern

Dans un récent sujet,  je me désolais du beaufisme et l’autisme dans lequel se vautrait Breit depuis de longues années… Et là, magie noire, comme Saroumane qui élaborerait un combo inimaginable, après les orques noirs, une fusion satanique de Trump Donald et Kim Jong Un : Kern prend la tête de Breitling.

Passé les trois premières semaines de rire, j’ai réalisé que la marque se comportait depuis longtemps comme si Kern était déjà son CEO, avec des combos à chialer, comme Breitling for Bentley avec Beckham…

Donc la question, c’est est-ce que Kern va réussir à repousser les limites de l’exercice en engageant Kim Kardashian comme ambassadrice, tout en dévoilant un partenariat avec Lamborghini ? On aura droit à des photos nonchalantes au pinacle du bon goût raffiné, ou Kim (non pas lui, Elle !) glisse au chausse-pied son gros cul siliconé dans une Veneno roaster ?

Kardash Lambo

Si on met de côté la nécessaire satire, c’est en fait une excellente nouvelle :

Coté Breit : dans le sujet précédent, je m’inquiétais de la possible vente à la découpe de Breit, et de son autisme. Et de ces points de vue au moins, on peut se réjouir au moins la marque aura un vrai supreme leader : la présence de Kern ne pourra que dynamiser et sécuriser l’avenir de Breit. Puisque qu’on doit lui reconnaître de l’énergie et un certain talent pour faire du bruit, y compris en donnant de sa personne, comme sur la photo de couv’. Dans un sens, comme Titi « Spoiler arrière » Nataf avait relancé la moribonde Zénith, peut-être que Kern redonnera à Breit sont swag ninety’s. 

Coté Richemont : on ferme la boîte de pandore du mauvais goût et on pourrait refaire des montres sérieuses (si néanmoins, comme le fait remarquer Gregory Pons dans l’article sur le successeur de Kern, on trouve des managers possédant encore leurs appareils génitaux).

Comme d’habitude, s’il vous plaît, soutenez la dissidence horlogère, partagez ce contenu sur vos comptes sociaux.
A bientôt.
Malik.

PS : si Kern embauchait LE Kim comme ambassadeur (rentrant nonchalamment son gras au chausse-pied dans un T55 rouillé, avec une Breit au jaret), plutôt que la Kim, il gagnerait mon respect éternel.

Kim (1)

PS 2 : je vous jure que j’ai trouvé les photos d’illustration après avoir écrit le sujet, Internet est incroyable.