" Internet, c’est les autoroutes Allemandes de l’information: le trollisme est y illimité." Pifpaf
Analyses
Partager

Celadon : Celafin ou les Chinois à Genève

Le 13 juin 2015
Malik
Malik "Pifpaf" Bahri
L'auteur.

您好 honorable lecteur,

 

  • Certains d’entre vous, les plus cinéphiles, se souviennent du génialissime film de Jean Yanne : « Les Chinois à Paris », présenté en 1974

(comme je le soulignais dans le récent sujet sur la HMX, les 70’ furent un pinacle créatif…).

les-chinois -paris-affiche

En ces années post soixante-huitardes, le Maoïsme a le vent en poupe, et les plus troskards des Maoïstes Français  rêvent de voir l’armée populaire Chinoise défiler sur les Champs-Elysées.

C’était le « Péril Jaune » : l’explosion démographique Chinoise, le petit livre rouge et la discipline des défilés de l’armée rouge de république populaire de Chine faisaient frémir le petit bourgeois capitaliste décadent . (Désolé pour les lecteurs Asiatiques, je ne fais que citer cette terminologie douteuse, à l’époque on osait tout, pour le meilleur, comme pour le pire.)

Jean Yanne était un anarchiste « de droite » (anarchiste de droite, c’est comme une Porsche Hybride, ça n’a aucun sens), il a créé les Chinois à Paris tant pour se moquer  de Maoïstes que de railler la collaboration des Français avec l’armée Allemande durant la période 1940-44 : élites, presse & artistes.

Le Maoïsme s’est dissipé, ses zélateurs se sont opportunément reconvertis au néo-conservatisme Etasunien (la politique change à 180°, mais ils continuent de mouiller pour les bruits de bottes), mais la peur du « Péril Jaune » a perduré jusqu’à aujourd’hui: la délocalisation de l’ensemble des moyens des productions dans l’Empire du Milieu.

  • Les moyens de productions ne sont rien sans le savoir-faire. Et jusqu’à présent les montres Chinoises, parfois sympathiques n’étaient pour autant pas prêtes de chatouiller l’horlogerie Suisso-Germanique, tant leur niveau qualitatif les confinait aux tréfonds du nanardisme horloger.

 

 

Jusqu’à Celadon.

 

  • Le slogan c’est « Made in China with pride », à quand la « Chinay Pride » dans les rues de la Chaux de Fond ou de Plan les Ouates? :)

Autant vous le dire : si Celadon semble maitriser les process de production, ils ne maitrisent pas les process de communication. Benjamin Chee, collaborateur de Celadon,  à qui j’ai emprunté les photos, nous en a fait une bourrine démonstration sur les réseaux sociaux.

Credit photos montres Celadon, Benjamin Chee.

Celadon Imperial (3)

  • A la décharge de Benjamin, l’industrie horlogère Helvète nous abreuve à longueur de magazine que  personne ne lit de publicités aussi grasses que le jus de cuisson de deux kilos de merguez…

Manque plus que la caméra à manivelle & l’homme sandwich, n’est-ce pas ?

get-attachmentBentley Beckham

 

Tout ceci étant à relativiser puisqu’une bonne communication horlogère n’est jamais que la fusée qui porte la charge explosive. Et à ce niveau la Celadon Imperial, c’est une bombe thermobarique. 

La montre est une classique deux aiguilles animée par un mouvement Chinois, soit disant inédit (j’offre un pack de bière à celui qui trouve le pointage Suisse original).
Le mouvement produit par « Beihai Bejing » (il conserve les gravures de cette marque) est cadencé à 21600a/h pour ?? heures de RdM, il fait 11.5 lignes sur 4mm et est empierré de 18 rubis.

  • Ce qui provoque un étonnement digne de la révélation d’une idylle cachée entre Alain Soral et Caroline Fourest, c’est les finitions :

c’est beau, pas du tout dans les canons décoratif kitcho-bouseux de l’horlogerie de l’Empire du Milieu.

Crédit photos mouvement de la Beihai Behing:  Relojes Especiales

Celadon Beihai Beijing

Ce qu’on peut en dire à la vue des photos : côtes de Genèves (trop ?) subtiles, chatons (vissés?), platine ¾, vis bleuies, gravures épargnées. Ce qui est sûr : le bloc d’échappement est fort mal fini, comme les autres assortiments Chinois.
Stylistiquement, le mélange Saxon + Suisse n’est pas totalement cohérent, un peu comme une Choucroute au saucisson Vaudois ou un Hamburger Rossini… Comme ces plats théoriques, c’est néanmoins appétissant.
Mais vu et produit depuis la Chine, tout ceci semble logique, vu le faible espace géographique qui sépare la Saxe de la Romandie. La tumultueuse histoire européenne reste hermétique aux pays-continents d’Orient…

Celadon Beihai Beijing (2)Celadon Beihai Beijing (3)

 

Ensuite le boitier : il reprend un design classique des années 50, typiquement Patek (au moins le choix de l’inspiration est bon), comme le mouvement, on l’avait déjà vu sur la Beihai Bejing, il semble bien terminé.
Enfin le cadran, c’est la spécificité de Celadon (ce terme désigne de la céramique décoré en Chinois), Celadon supplante son prédécesseur Beihai Bejing. Les cadrans sont gravés, laqués, bénéficient de toutes sortes de soins suivant les versions, comme les aiguilles bleuis à la flamme.

La force de Celadon c’est de combiner l’excellence décorative Chinoise et des finitions Européenne d’un niveau convaincant.

La version la plus courante est la blanc cassé/aiguilles bleuies, mais la version rouge aiguilles acier est très convaincante également.

Celadon Imperial (2)

L’ensemble est finalement très cohérent. La montre est jolie et présente un niveau de finitions globale (à part le très vilain assortiment, ou tout est laid, même le spiral) du niveau d’Union Glasshütte lorsque ces derniers produisaient encore chez Glasshütte original.

  • La Celadon Imperiale est vendue entre 500 et 1000$ (suivant les décos de Cadran).

Une offre très alléchante, à même de concurrencer l’entrée de gamme Suisse et Allemande. Et même de ringardiser certaines montres Suisses d’entrée de gamme pour jeune cadre dynamique. Le « China Made » et la piètre qualité de l’assortiment sont certes un frein à l’achat, mais le produit est vraiment qualitatif et moins « beauf » que pas mal de pièces de « l’acces horlogerie de luxe ». D’ailleurs les clients des forums d’horlogerie ont l’air contents, Celadon s’en goberge sur son site (et ils ont bien raison, ils maîtrisent déjà mieux la communication digitale que la plupart des maisons Suisses).

Celadon Imperial

  • Et des Chinois avec du gout et un début de démarche qualité, c’est le début d’un défilé de Type99 rue du Rhône…

Tout ceci n’est que justice : les Chinois furent des pionniers dans la mesure du temps il y à 3500ans, lorsqu’ils déterminèrent que l’année faisait 365 jours ¼ (il fallut attendre 30 siècles : en 1582 pour que le pape Gregoire XIII précise que l’année fait 365.2425 jours).

  • In Fine, Celadon soulève les douloureuses questions des marges industrielles, du sens du Swiss Made, du fait main et de la transmission des Savoir-faire. Je vais y revenir régulièrement durant ce second semestre 2015.

看到你很快
绅士Pipfaf

PS : pour ma part, j’ai été commander ma carte au Parti Communiste Chinois, on ne sait jamais.