" Je tiens beaucoup à ma montre, c'est mon grand-père qui me l'a vendue sur son lit de mort." Woody Allen
Le paysan horloger : l’influence de la réforme 4-7
Autour de 1450, Johannes Gutenberg, alors âgé de 50 ans et après une carrière d’orfèvre, va perfectionner et adapter aux contraintes européennes (notamment le papier) une ancienne invention...
Accéder à la revue
Le paysan horloger : rescapé du moyen-âge 1-7
Comme écrit plus haut, les mauvais rendements agricoles peinent à nourrir la population en constante augmentation (le royaume de France compte alors 17 millions d’habitants, ce qui est énorme...
Accéder à la revue
Philippe Dufour Simplicity : à la recherche du temps perdu : les finitions 3/3
"Quand j’ai conçu la Grande Sonnerie, j’avais décidé de donner du relief au pont central en lui adjoignant deux becs. En développant la Duality, j’ai voulu y implanter une signature...
Philippe Dufour Simplicity
Accéder à la revue
  • Accéder à la revue
    Patrimoine & Savoir-faireDominique Renaud le retour : au fil de l’épéeAccéder à la revue

    Quand j’ai commencé à beaucoup m’intéresser à l’horlogerie, tout le monde parlait de Renaud & Papi ; nous étions au début des années 2000, une de leur création, la AP Royal Oak Concept, faisait la une des gazettes horlogères (en couverture, Renaud et Papi au début des 90'). Tout le monde parlait de Renaud et Papi, mais à chaque fois, c’était Papi qui était interviewé, ou était Renaud ? On me disait un peu mystérieusement, comme un bon Scorsese : "il est parti", quoi...

  • Accéder à la revue
    Patrimoine & Savoir-faireNM, la Naissance d’une Montre: l'interview de Michel Boulanger 2/2Accéder à la revue

    Cet exemplaire du Garde-temps va être vendu chez Christie’s en mai à Genève, comme montre-école, c’est-à-dire sans les finitions. Ça va être un bon test de l’engouement des collectionneurs pour le Garde-temps. La fondation Time Aeon qui était à l’origine du projet est devenu la plateforme de partage des Savoir-faire de NM, plusieurs institutions, détaillants et maison d’horlogerie nous ont rejoint, le projet grossit à mesure que le Garde-temps prend forme. Par exemple,...

  • Accéder à la revue
    Patrimoine & Savoir-faireNM, la Naissance d'une Montre: la genèse du projet 1/2Accéder à la revue

    Robert a donc contacté en juillet 2010 un ami de longue date: Michel Boulanger. Ce dernier, motivé par l’apprentissage, est retourné vivre dans son atelier de Chartres en France et enseigner à Paris. Ca faisait longtemps qu’ils envisageaient une collaboration, et ce fut une aubaine pour Michel. Robert, pour exacerber la créativité de Michel, lui demanda de réfléchir à un projet reflétant sa vision de la transmission. Robert a proposé à Michel de réaliser une montre de A...

Philippe Dufour Simplicity : à la recherche du temps perdu : la mécanique et l’habillage 2/3
La technologie est classique et le spiral ne bénéficie pas de finitions particulières en dehors du bleuissage qui a été effectué lors de leur production. Leur particularité est de provenir...
Philippe Dufour Simplicity
Accéder à la revue
Philippe Dufour Simplicity : à la recherche du temps perdu : Introduction 1/3
Ses précédentes pièces étaient inspirées de son travail de restauration de grandes complications, mais dans le cas de la Simplicity, l’influence est à chercher du côté des montres...
Philippe Dufour Simplicity
Accéder à la revue
Interview Nathalie Mathilde Jean Louis : son parcours
Auparavant, je travaillais principalement à la machine ; mais dans l’atelier déco de Greubel, j’ai appris la décoration manuelle traditionnelle. Le niveau d’exigence était très élevé...
Nathalie (1)
Accéder à la revue

Patrimoine & Savoir-faire

: Derniers Articles
Accéder à la revue
Le Garde-temps, la Naissance d’une Montre : conférence au MIH
Publié le 2 juillet 2015
Cette pièce fait actuellement le tour du monde dans divers expositions dédiées au projet NM. Donc Michel à du assembler et réaliser certaines pièces manquantes ces premiers mois de 2015 pour avoir un second Garde-temps fonctionnel. Comme vous pouviez le lire sur le site du Garde-temps, Michel Boulanger fabrique des composants par micro séries de 3 à 5. Mais évidemment, dans le rush pré-SIHH2015 il a dû réaliser certaines pièces en exemplaire unique, ce qui explique que l’assemblage de ce second Garde-temps nécessite plusieurs mois...
Accéder à la revue
Le paysan horloger : la fin 7-7
Publié le 1 mars 2015
Progressivement, la Suisse s’industrialise également, mais les investissements coûtent cher et il faut les amortir. Après 1870 la situation devient délicate. Les Américains partent quasiment d’une feuille blanche et les travailleurs Américains sont très flexibles.Pour le paysan horloger, s’adapter à ce changement est une mission quasi-impossible : il faut racheter tout le précieux outillage transmis de génération en génération, pour produire des composants deux fois plus petits selon des méthodes traditionnelles. D'autant que...
Accéder à la revue
Le paysan horloger : l’apogée 6-7
Publié le 1 mars 2015
Au moment des foires d’automne, le chef de famille ou l’établisseur, parfois accompagné d’une partie de la famille, va prendre des commandes dans le bourg local (en l’occurrence Saignelégier ou la Chaux-de-Fond). Ils vont ensuite produire les composants commandés, en mettant à contribution une partie de la famille, puis les livreront lors de la foire de printemps. Le paysan à grosses pognes calleuses va se transformer en dextre ébaucheur, l’espace d’une saison. Plus une ferme horlogère compte de fenêtres à ses étages, plus le...
Accéder à la revue
Le paysan horloger : la naissance du paysan horloger 5-7
Publié le 25 février 2015
L’or des Amériques a rendu folles une bonne partie des cours impériales et les guerres de religion ont plongé les populations dans la barbarie. Ainsi, la révocation de l’Edit de Nantes en 1685 va provoquer un afflux de réfugiés protestants vers Genève. Dont un certain nombre d’horlogers de talent, qui vont venir renforcer de leurs compétences en technologies de pointe la fabrication de boites en or serties. Car jusqu’à la révolution Française et au premier empire, les horlogers bénéficiaient du même rôle dans la société que...
Accéder à la revue
Le paysan horloger : moyens médiévaux, contraintes modernes 3-7.
Publié le 20 février 2015
La très brève saison ensoleillée va conditionner une saison de travail intense durant les cinq à six mois de soleil, afin produire et engranger suffisamment de nourriture et de fourrage pour passer l’implacable hiver. Cette difficulté d’accès interdisait tout produit manufacturé de taille conséquente. Les futurs paysans-horlogers vont donc occuper leurs longs hivers avec de l’artisanat.
Accéder à la revue
Le paysan horloger : le Jura sauvage 2-7
Publié le 11 février 2015
Si cette faune prospère, c’est parce que le Jura a été préservé pendant longtemps de la présence humaine, grâce à un microclimat particulièrement rude et à une topographie abrupte. Malgré une élévation maximum modeste (1720 mètres), ses courants d’air et ses vallées hautes perchées (par exemple, la Chaux de Fond culmine à 1039 mètres), entraînent des températures très basses en hiver : la Vallée de Joux ou pire, la vallée de la Brévine (dite « petite Sibérie »), connaissent parfois des températures inférieures à...