" On a quand même le droit, même si on est clochard, on peut arriver à mettre de côté 1500€, pour se payer le rêve de sa vie..." Jacques Séguéla
News Commentées
Partager

Les 70ans de Philippe Dufour : préambule 1/3

Le 9 juin 2018
Malik
Malik "Pifpaf" Bahri
L'auteur.

Bonjour les amis,

Donc le préambule :

Avant de commencer le reportage à proprement parler, je vous livre ici l’extrait d’un business plan, que j’avais rédigé, il y a un petit moment, pour présenter Philippe Dufour à des investisseurs, puisqu’il souhaite vendre depuis quelques années désormais…
L’intérêt de cet extrait, est de mettre en lumière la reconnaissance, sur le tard, de son travail.
Bien qu’il ait pris son indépendance en 1978, lui permettant de monter en compétences pendant 14 ans, sa marque en nom propre sera lancée en 1992… Voici pourquoi cette date n’est pas évoquée, car elle me paraissait moins emblématique que sa production de montres en nom propre.

Vous trouverez également, sur ce lien : un article que j’avais rédigé, il y a quelques années, pour le blog de l’ébéniste J. Bodenmann, de La Vallée de Joux, qui aborde la vie de Philippe sous un autre angle rédactionnel.

 « 

  1. Fondation 

Après de nombreuses années passées dans la restauration, en Suisse et outremer, Philippe était revenu dans sa Vallée de Joux natale, principalement comme sous-traitant pour les marques voisines. Déçu par l’attitude des marques, le manque de respect du vintage et l’érosion des savoir-faire, il décide de lancer une marque en nom propre, ce qui dans le contexte du début des nonante, était inimaginable. Il va d’abord produire sa petite et grande sonnerie, puis la Duality, qui dans ce contexte de convalescence de l’horlogerie a du mal à prendre. Puis il va présenter sa Simplicity, qui deviendra un must-have au Japon, où il écoulera plus de la moitié de la production.

Son intransigeance lui a permis de repousser les limites des finitions en horlogerie.

  1. Une brève chronologie

 

  • 1992 – Lancement de la marque
  • 1994 – Reconnaissance de la Grande Sonnerie
  • 1996 – Création de la Duality
  • 2000 – Présentation de la Simplicity & expansion sur le marché Japonais
  • 2010 – Reconnaissance mondiale

 

  1. Le Mythe 

Philippe Dufour, c’est un mythe quasi-religieux, une icône pop pour les watchtfans, le dernier des mohicans de l’horlogerie, avec sa pipe et sa lime, défiant la dictature de la médiocrité, quelque part entre Jésus-Christ et maître Yoda.
Cette dimension messianique, transcende les nationalités et les âges, ainsi au Japon, un manga éducatif distribué aux collégiens nippons, fait l’hagiographie de Dufour, ce trésor national vivant nippon, faisant ainsi de ce pays un marché captif.

  1. Les valeurs liées à ce mythe fondateur 
  • L’intransigeance qualitative :

Chez Philippe Dufour, il n’y a pas des middle managers chargés de faire du cost-killing sur les finitions : une montre doit sortir parfaite, à l’œil nu, mais aussi à de forts grossissements, sinon elle ne sort pas de l’atelier.

  • L’authenticité :

Pas de triche, les produits sont élaborés dans la Vallée de Joux, par des artisans qui seront mis en avant, comme les fils spirituels de Philippe.

  • La tradition :

Nous continuerons à travailler selon des techniques anciennes, avec des machines vintages, des meules au bois de buis, des limes traditionnelles.

  • Le partage des savoirs :

Les techniques continueront à être partagées : nous mettrons par ailleurs en place une « Ecole Philippe Dufour » payante, par exemple dans les anciens locaux de Philippe (les locaux actuels, que nous devrons quitter à terme, pour soutenir notre expansion).

  • L’exclusivité :

Afin de maintenir un niveau de désirabilité maximum et de prestige discret, nous ne dépasserons pas dans la première décennie le pallier de 500 pièces annuelles et à terme la production ne devra jamais atteindre les 4 chiffres.
La différence entre la relative tenue de cap des grands indépendants face à la crise, alors que les groupes sont en pleine débandade, c’est que les indépendants ont pu maintenir, relativement, des stratégies de rareté des produits, puisque l’actionnariat ne mettait pas une pression massive et mortifère au résultat annuel.

  1. Les enchères 

Philippe Dufour est la seule marque dont la production contemporaine atteint des résultats mirobolants (400% du prix catalogue. Contre 70% pour les marques fonctionnant bien aux enchères, celles qui fonctionnent moins bien sont à 30%).

D’ailleurs, les collectionneurs ne s’y trompent pas, les 5 dernières Simplicity vendues aux enchères, l’ont été à 4 fois le prix initial.

 »

 

Merci pour votre lecture, on rentre dans le vif du sujet dans les jours qui viennent, avec un reportage en deux parties.
Vous pouvez me soutenir financièrement sur Tipee et comme toujours, partager ce sujet sur les réseaux sociaux.

A bientôt.
Malik.