" Je trouverais de la bonté dans le regard d'un huissier que je ne serais pas plus abasourdi." Frédéric "San Antonio" Dard
Revues horlogères
Partager

Vicenterra: Space Pirate

Le 30 juin 2015
Malik
Malik "Pifpaf" Bahri
L'auteur.
  • Back to the future,

Printemps 2010, je viens de débarquer en Suisse. Gregory Pons, dans Business Montres, publie des images de synthèse d’une montre tonneau incroyable :

Pour 5000CHF en souscription (on paye d’avance pour être livré plus tard).

elle embarque un mini-globe terrestre en 3D, un cadran multi-niveau, un indicateur jour/nuit, une GMT, etc…

 

Or BlancOr Jaune (4)

La somme est si dérisoire comparée à la complexité du projet, que les forumeurs ne croient pas qu’il soit possible de sortir une pièce aussi élaborée pour une somme aussi raisonnable, on a été tellement bien habitué à payer les montres trop cher… Pour ma part, j’ai mon emménagement à financer, et je n’ai pas les 5000 balles nécessaires avant la fin de la souscription et pourtant la terre en 3D continue à me fasciner…

Or Jaune (2)

Finalement, 84 personnes prennent le risque de suivre Vincent Plomb. Il va convaincre une bonne partie des sceptiques en les rencontrant, et en leur présentant le projet et le proto (que Vincent ne me laisse pas photographier, dommage, c’est ma VicenTerra préférée). Les clients de la première souscription de la GMT-3 ont été principalement des Français ou des Suisses qui ont cru au projet et au personnage.

un numéro de Playboy ne remplacera jamais une vraie call girl…

Ceci vous montre aussi les limites d’internet : on peut discuter, ergoter, gloser, s’engueuler autour d’une montre, mais rien ne vaut la rencontre IRL. On a beau faire des photos de plus en plus belles, avec des appareils de plus en plus performants,

  • Rencontrer Vincent, c’est se prendre une claque dans la gueule, même quand on pense avoir une grosse paire, c’est une leçon de courage :  il a eu un accident de moto il y a une vingtaine d’années, drame qui l’a laissé dans un fauteuil roulant, condition qui engendre bien d’autres problèmes de santé…

Il n’aime pas que je parle de ça, mais on ne peut comprendre VicenTerra qu’au travers  du chemin de croix de son créateur. Il continue à se lever depuis des années pour mener plusieurs projets professionnels de front, avec toutes les  » sur-difficultées  » que son handicap conditionne. Vincent Plomb est quelqu’un qui trouve l’énergie nécessaire  pour mener un combat ordinaire que des valides ne trouveraient pas la force de mener. Pour moi, c’est une putain de leçon de courage, mais aussi d’horlogerie.

Il exerce depuis de nombreuses années la profession de dessinateur-constructeur horloger, il travaille comme consultant, depuis son domicile pour des prestigieuses maisons d’horlogerie.

L’idée initiale derrière la création de la GMT-3 partait d’une part, de la fascination des lunes en 3D (comme celle de De Bethune) et surtout du fait que dans un boîtier tonneau, il existe souvent des vides, car un calibre horloger générique type 7750 ou 2824 (comme ceux utilisés au départ par Franck Muller qui a remit le tonneau à l’ordre du jour) est un petit calibre rond flottant dans un grand boîtier tonneau.

En somme Vincent a piraté l’espace vacant d’un boîtier tonneau,

  • pour y coller une complication fonctionnelle et ludique : un globe en 3D couplé avec un indicateur GMT. 

Vicenterra GMT.3 Tome 2 Acier (8)

Il a travaillé pendant 3 ans pour obtenir deux prototypes fonctionnels, finalement, comme beaucoup de grandes inventions (au moment où Vincent a présenté son projet, seul la Colosso de Hysek à ½ million proposait une mappemonde en 3D), personne n’en voulait!

Si l’un de ses clients avait opté pour ce concept, (qu’auraient été son nom et sa marque finale), des dizaines de milliers de GMT-3  auraient inondées le marché, un parterre de journalistes aux ordres s’extasieraient devant ce coup de génie créatif.

Si la grosse caisse du marketing horloger manquait à l’appel, le coup de génie fut pourtant là, dans la mesure où la VicenTerra GMT-3 a réunit, dès 2007 (ébauche de l’idée initiale ), une bonne partie des concepts de la nouvelle horlogerie indépendante qui brisèrent les tabous de l’horlogerie à papa: cadran multi-éléments, espaces vacants entre le saphir et le fond de boîte,cadran ouvert, boîtier tonneau,  effet tridimensionnel et surtout la terre en 3D fonctionnelle.

Or Jaune (9)

  • Certainement échaudé par l’impossibilité de vendre son projet, Vincent est rentré dans une radicalité créative : indépendance, création de sa propre marque et auto financement. Un projet pirate, (racine latine « Peiran » qui signifie :  celui qui entreprend, qui tente fortune ) 

dans la mesure où il ne respectait pas les codes de la haute horlogerie, depuis son innovation, jusqu’à son mode de financement : la souscription, financement très horizontal et très communautaire, comme l’était la vie à bord des bricks à pavillon noir. Un projet audacieux, léger, mobile et risqué!

La souscription, dans l’économie pré-révolution industrielle, était un mode d’achat pour les montres d’entrée de  gamme, vendu alors aux riches bourgeois des villes : le client payait tous les mois un loyer, avant de recevoir sa montre (le contraire d’un leasing donc), pour financer sa fabrication. A l’époque, Breguet ou Harrisson, n’avaient pas accès à des  business angels pour financer leur créativité, et pourtant, sans argent et sans ordinateurs, Breguet est arrivé à concevoir le tourbillon…

Or Jaune (5)Or Gris (5)

Lorsque Vincent a lancé sa première souscription, l’argent a été bloqué sur un compte par un huissier, en attendant d’atteindre le nombre suffisant de souscripteurs pour commencer la production. Ce mode de vente lui a permis  de financer tout son outillage de base sans emprunt. Afin de parachever l’aventure communautaire, chacun des clients de la première souscription a reçu une action de la société. On ne faisait pas mieux sur les bateaux pirates : le butin était partagé à parts égales, et seule le capitaine, le cuisinier, le médecin et le quart maitre,  avaient droit à une demi-part supplémentaire, on est loin des stratobonus de Goldman Sachs.

D’ailleurs, si vous n’avez pas les bonus d’un trader de Wall Street, VicenTerra est la seule marque qui propose un globe terrestre en 3D fonctionnel, dans une montre mécanique pour une somme payable pour le passionné d’horlogerie lambda. Les autres, Montblanc, Hysek, Greubel Forsey proposent des produits superlatifs (en particulier la fantastique Greubel Forsey GMT Platine), au prix d’un appartement en centre-ville. Jacob & Co propose aussi une terre en 3D sur l’Astronomia (toujours pour un demi-million), mais celui-ci n’est pas relié aux heures, il tourne, mais c’est juste esthétique, un pur gadget…

  • La GMT-3 partage ceci avec ces superwatches : c’est une montre assez grande (difficile de coller un sphère dans une montre extra plate).

Vicenterra GMT3 Black TitaneOr Jaune (8)

 

  • Cette forme tonneau n’est pas sans évoquer celle d’un brick ou d’une frégate, pour vous détailler la complexe construction de la GMT-3 (GMT 1 &2  sont des prototypes jamais commercialisés) nous allons emprunter au vocabulaire des vaisseaux: 

La coque : le boîtier. Il fait 44.6mm * 54.5mm * 13.65mm en acier, cornes comprises sur la Tome1 (celle la souscription) & Tome2. Pour répondre aux critiques sur la taille du boîtier, Vincent a diminué sa taille sur les nouvelles versions (GMT-3 Tome3 & LUNA) il fait 43.5mm * 53mm * 13.65mm. Cette taille intègre évidemment les cornes. La montre est étanche à 50m (30 pour les versions or), ce qui lui confère une résistance aux plongeons inopinés dans la piscine (ou en mer, si l’abordage tourne mal). La Tome 3 a été produite en 3 séries en or de 7 exemplaires  chacun, Rose, Jaune & or gris, il existe aussi une version sertie de 7 pièces. Il existe également la Tome 5, une version en titane DLC, j’y reviens juste après…

Au poignet, ce boîtier tonneau est galbé, ce qui fait qu’il épouse bien la courbe du bras le confort comme souvent avec les boîtiers tonneaux est maximum (malgré la grande taille). Les flancs sont en légère dépression, ce qui permet de réduire l’épaisseur visuellement.

  • Ma version préféré, c’est le boîtier en titane DLC (les photos sont celles d’un proto, qui sera un peu différent de la version finale) de la Tome5, il affine un peu la montre au poignet, et surtout, le contexte de noir intégral, donne l’impression que le globe terrestre est en flottaison au milieu de l’espace, approprié & hypnotique.

VicenTerra Titanium Black DLC (2)

Au poignet, ce boîtier  tonneau  est galbé, ce qui fait qu’il épouse bien la courbe du bras le confort comme souvent avec les boîtiers tonneaux est maximum (malgré la grande taille).

Le proto titane DLC de la GMT3 Tome 5 (dans la version définitive, il n’y aura pas les vagues en fond de boite):

Vicenterra GMT3 Black titanium (3)VICENTERRA GMT3 Titanium Black DLC (1)

Le mat : les berceaux. C’est l’une des spécificités de la VicenTerra GMT-3. Vincent souhaitait obtenir un effet tridimensionnel, mais n’avait pas les moyens de développer un calibre in-house. Le diamètre de son globe étant supérieur à l’épaisseur de l’ETA Valjoux 2892, le calibre devait forcément être surélevé par rapport au fond de boîtier.
L’astuce consiste à attacher le mouvement directement aux flancs du boîtier par ces berceaux, afin de faire tenir le calibre en l’air (il n’est pas relié au fond de boite).
Les berceaux sont sablés, sur les premières versions, ils sont striés en continuation des index batons des heures, personnellement, je préfère la future Luna, ou ils seront juste sablés.

Les voiles : le calibre. La GMT-3 est doté suivant les versions d’un ETA Valjoux 2892, fréquencé à 28800 a/h pour 42h de RdM. Le 2892 est empierré avec 21 rubis, le module avec 21 rubis également, pour un total de 42 rubis. La future Luna sera doté d’un calibre Vaucher (l’entité calibre de Parmigiani Fleurier).

Le pont : le cadran. Son agencement général titille aussi notre culture des montres : il rappelle celui des Greubel Forsey, avec les cadrans multiéléments, chaque élément est presque animé de sa vie propre, et la montre constitue une mosaïque de finitions et de style : par exemple : l’aiguille rétrograde de la date qui ouvre sur le mouvement. Ou encore, le V qui pointe vers la terre. On aime, ou l’on déteste, mais on en a pour son argent, et c’est difficile de s’ennuyer. J’ai une petite préférence pour la version chiffres romains (Tome 2) qui donne un peu plus de prestance à la GMT-3 et qui finalement correspond mieux à l’allure générale de la montre.

La cale : le fond de boîte. Je ne parle pas du dos de la montre, mais bien du fond de boîte vu de face. Il bénéficie de décorations personnalisées suivant les versions, sur la GMT-3 on trouve des étoiles, de l’aventurine sur les boîtiers en or (pierre de couleur bleu,  qui rappelle les éléments de déco bleus) et des vagues sur certains prototypes…

Les sabords : Les hublots. Ces ouvertures sont au nombre de 3 : deux au dos, un sur le côté. Les deux petits ouvrent sur la terre avec l’amusante inscription « De l’autre côté du monde », et le grand sur le calibre à la masse décorée.

La poupe: indicateur jour/nuit. Ce disque à 12h contribue beaucoup à l’aspect poétique de la pièce (il est également visible par le grand «hublot»), mais cette complication n’est qu’au début de son développement…

La proue : l’indicateur GMT. Ce compteur mono aiguille est placé à proximité du mini-globe, ce qui facilite la lecture de ce dernier. Il est réglable au moyen du bouton à 8h (1pression = 1heure).

La figure de proue : le globe en 3D. Celui-ci tourne en 24h, il est réglable grâce au bouton à 4h (1pression = 1heure). Les trois indications, heure principale, heure GMT et mini-planète terre sont donc réglables indépendamment les unes des autres,  ce qui permet une grande souplesse de lecture des différents fuseaux horaires pour les grands voyageurs.

  • La présence de cette miniature est autant pratique qu’esthétique ( l’absence d’échelle 24h fixe ne permet pas de discerner ses fuseaux très précisément ). Cette complication est un développement fonctionnel d’une vieille idée que l’on retrouvait, notamment, dans les Patek vintage heure universelle.

Au porté, il est fascinant à observer, mais seul un œil avisé saura la discerner, ce n’est pas vraiment une montre show off, c’est une pièce qui s’adresse à ceux qui ont déjà un bon niveau de connaissance horlogère.

Or Gris (3)Vicenterra GMT.3 Tome 2 Acier (18)

 

Le prochain abordage de VicenTerra, se fera de nuit, avec son nouveau modèle : la Luna.

Si elle conserve le même boîtier en acier de 43.5mm * 53mm * 13.6mm, sa complication évolue: elle remplace l’indicateur GMT par une phase de lune, en 3D forcément.
Disons-le sans détour, elle perd en aspect pratique ce qu’elle gagne en intérêt horloger : tout d’abord, elle pirate encore plus les espaces vacants que l’on trouve dans une montre tonneau.

  • Mais surtout une combinaison de terre 3D et de lune 3D au sein de la même pièce, c’est pour le moment unique dans l’horlogerie.

Et comme toute la proposition de Vincent, c’est à des prix payables par le passionné standard. Quand je parle de contenu horloger, c’est à tous les niveaux : le fond de boîte bénéficiera systématiquement du magnifique décor en Aventurine qui figure un ciel étoilé.  Mais surtout le calibre évolue : le 2892 va être remplacé par le Vaucher  Seed VMF 3002. Il est semblable par ses caractéristiques au 2892 : 11 ½  lignes (26mm) sur 3.7mm, 27 rubis,  28800 a/h pour 50h de RdM par double barillet. Là où il diffère fortement du 2892 c’est par ses finitions : même en finitions de base on tutoie la Haute Horlogerie, c’est même la force de Vaucher, de proposer des calibres personnalisés avec des finitions très élevées, comme ceux de Parmigiani ou de Richard Mille.

Selon les images de synthèse que j’ai pu voir, la plus séduisante Luna est la version cadran ouvert…

Je parle d’images de synthèse et d’abordage, puisque la Luna est un prototype, Vincent vient de lancer une seconde souscription,  où il propose la Luna à moins de 10k…

vicenterra LUNA open Dialvicenterra Luna

Qu’on se comprenne bien au sujet de la métaphore piratesque dont j’use et j’abuse à longueur du sujet.

  • Vincent ne va pas débarquer au bout d’une corde, le sabre entre les dents, en hurlant « mille sabords » et autres « à moi la flibuste », on peut le regretter. 

Pour bien comprendre cette métaphore, il faut savoir que les conditions de vie pour les marins à bords des galions Espagnols, Français et surtout Britanniques étaient abominables, les équipages étaient à peine mieux traités que les esclaves qu’ils étaient chargés de convoyer. Les mutineries étaient nombreuses, et les mutins s’associaient en coopératives et devenaient pirates. Cette pratique et organisation sociale était fondamentalement une réaction à la  machine à broyer les hommes que fut la courses aux richesses coloniales.

Pour autant, l’acte fondateur de VicenTerra et les suites d’actions qui en ont découlé, procèdent du même souffle de liberté, de justice et d’indépendance des grosses machines : proposer une montre très originale, permettant d’accéder à des complications rares et novatrices, pour un coût accessible au passionné d’horlogerie de base.

Or Jaune (3)VICENTERRA GMT3 Titanium Black DLC (4)