" I have a theory that the truth is never told during the nine-to-five hours." Hunter S. Thompson
News Commentées
Partager

Goliath Richemont, tente de se payer David Augarde

Le 6 juin 2024
Malik
Malik "Pifpaf" Bahri
L'auteur.

Bonjour les gens,

Dans notre série «les vannes s’écrivent toutes seules».

Préambule :

Ca fait quelques années que je suis un feuilleton judiciaire Parisien, digne d’un drama sur la Silicon Valley, avec la tech, les brevets, les milliards et la crédibilité en moins.
A propos de drama sur la Silicon Valley, regardez la série éponyme, c’est à mourir de rire.
Par contre, niveaux egos et décisions absurdes, c’est le bûcher des vanités.

Revenons à notre tempête dans verre de Perrier rondelle.

Rappel des faits : il y a quatre ans, le patron d’Augarde, petite marque Parisienne, dont j’avais parlé ici, reçoit un oukaz de la police politique de Richemont : il est sommé de retirer du marché toutes ses montres ressemblants un peu trop à une Panerai Radiomir (honnêtement, c’est un fait, je lui avais d’ailleurs conseillé de tenter un autre design), ainsi que de faire le ménage sur ses réseaux sociaux, illico. Samir Khemici se braque, jamais, au grand jamais, il ne cédera. Quand vous lisez la prose judiciaire des avocats de Richemont, c’est assez violent (on dirait le match retour Kaaris vs Booba), sa réaction, bien qu’imprudente, est parfaitement compréhensible. Je me serais énervé pour moins que ça. A mon avis, les juristes de chez Richemont auraient mieux de fait de régler ça autour d’une table, ça se serait mieux passé… Un restau, même *** Michelin, eut été beaucoup moins cher que les conséquences subséquentes.

Donc Samir énervé, alors tribunal. A la stupeur générale, le tribunal statut totalement en faveur d’Augarde, toutes les demandes de Richemont SA sont déboutées et pire, bien pire : ils perdent toute propriété intellectuelle sur le modèle Radiomir.
Je ne connais aucun échec judiciaire aussi lamentable dans le business de l’horlogerie…
Au passage, les gens aiment bien critiquer la justice, dans ce cas, comme dans l’affaire Rolex VS Agenhor (Rolex voulait brevetter les «dents élastiques» d’Agenhor), ou Rolex a été débouté, au bout de neuf ans de procédure, la justice prouve son indépendance des puissances financières, et l’affaire d’Augarde a lieu en France, tandis que l’affaire d’Agenhor a lieu en Suisse. Je crois surtout que les pauvres flics, comme les pauvres juges manquent cruellement de moyens pour incarcérer un grand nombre de malfaisants… Mais quand je vois des décisions de justice autour de moi, je les trouve globalement justes, compte tenu des faits.

En photo, des Radiomirs prisent au P-Day Lisbonne, une PAM662, une PAM1349 et une PAM232 :

P-Day (34)

Pour comprendre la décision du tribunal dans cette affaire, il faut savoir qu’Augarde a démontré, que tant ces boîtiers (coussins, d’origine Rolex dans le cas des Panerais 3646 vintage), que ce type de cadran (12-3-6-9 + index bâtons), avaient été utilisés dans l’horlogerie par d’autres marques et dans des compteurs non-horlogers (avions, autos)… Donc dans la tocante Augarde, pas de logo Panerai, pas de dessin original Panerai, pas de protège-couronne.

Donc Goliath Richemont, veut rouler sur David Augarde, se prend une caillasse dans l’oeil, trébuche, se vautre lamentablement et perds tous ses droits sur la Radiomir.

La Radiomir, la montre des plongeurs de combat de la Fail Army. 

En voulant écraser une micro-marque Parisienne, ils lui ont surtout fait de la pub gratuite. A noter que Rolex par exemple, n’a jamais attaqué Chanel avec sa J12 ou Ice Watch et ses imitations de Submariners massivement distribuées.

A là base, j’ai mal compris pourquoi Richemont attaquait Augarde, alors que les véritables fakes pullulent sur internet, notamment chez l’égérie de Panerai, Erwan Grey, photographe de Panerais, et possesseur de dizaines de fakes haut de gamme… Au Grand Rassemblement Paneristis France 2020, un prix lui avait été remis (GRPF ou j’avais d’ailleurs rencontré Samir), moi et mes potes Ristis, on s’étaient regardés, les yeux ébahis, PTDR Mé TKI TOI LOL ??
Et bien ce bon Erwan Grey était le photographe qui avait charmé la direction, avec plus de fakes qu’un stand de Vintimille ou de Florence.

Le pire là-dedans, c’est que Johann Rupert la bienveillante mère juive de Richemont, ne prendra probablement pas de sanctions à l’égard des responsables de ce fiasco historique…

A bientôt.
M.