" Internet, c’est les autoroutes Allemandes de l’information: le trollisme est y illimité." Pifpaf
News Commentées
Partager

Le Grand Prix de l’Humour de Genève édition 2017 – 1/3

Le 20 novembre 2017
Malik
Malik "Pifpaf" Bahri
L'auteur.

Salut les amis,

Désolé, je poste peu, trop peu, mais comme je rédige deux bouquins, et que je participe à deux lancements de marque, c’est un peu juste pour m’occuper régulièrement du blog. #survivreàléffondrementéconomique

Alors j’ai un ami, qui m’appelle la vieille du GPHG, et qui me propose de me partager une invit, comme je n’avais jamais assisté au GPHG, et que l’année prochaine, j’ai 40ans, je risquais d’avoir un peu raté ma vie quand même.
Mais je fut sauvé in extremis, par la grâce divine, et je peux enfin poser mon cul sur les fauteuils rouges gala du théâtre du Léman (soit la salle de spectacle du Kempinsky). Dieu existe ? Porte-il une Panerai ? J’ai toujours dit que les ristis furent les néo-premiers chrétiens chassés dans l’arène des forums horlogers.
Je n’y avais participé aussi, au GPHG, faute de motivation pour quémander un carton : cette cérémonie me paraissait rébarbative à souhait, avec tout le business des montres qui s’auto-polis le jonc mutuellement. Boring boring boring.

Et les à priori, c’est mal. Même pour moi. Et surtout pour moi, qui ai le don d’en générer (moi aussi, je t’aime). :D

Déjà, c’est l’occasion de recroiser plein d’amis foOÔOoormiiidables, on s’aime d’amour tout gras, dans la petite famille de l’horlogerie, mais aussi de suivre au plus près les tendances du marché.
Alors, surprise, le présentateur cette année, c’est Edouard Baer, dont j’avais une opinion mitigé, suite au film « La Bostella », dont le peak scénaristique, consistait en l’apparition d’Edouard au volant de la Jeep Carrelé qui figurait jadis dans le Guiness Book et autres Journal de Mickey… À la décharge d’Edouard, le film est certes une perte de temps, mais il n’avait coûté qu’un million, soit le budget capotes d’Harry « Viagra » Weinstein dans une superproduction Hollywoodienne (je vous vois arriver, mais non, dans une production de ce type, le budget coke, c’est entre 5 et 10 millions).

bostel

Et justement, Edouard a mis le feu, je veux dire, qu’il a trollé le GPHG, comme personne avant lui. Et c’était franchement à mourir de rire, je ne vais pas spoiler, je vous invite à regarder la vidéo en entier. Mais c’était vraiment très bon.

Si bien, qu’en fait, on était pressé, que politiciens Genevois, et patrons de marques, finissent leurs interventions souvent tartantes, pour qu’Edouard recommence le lol.

Alors dans la catégorie, montre femme : la gagnante est la « Chanel Première Camelia Skeleton »…

Perso, je ne suis pas convaincu par ce choix, même si toutes les pièces présentées étaient digne d’intérêt.
Je pense que la Parmigiani, avec son grand équilibre visuel, et sa grande poésie, ou mieux, la détonante vanité horlogère de Fiona Kruger auraient plus mérité ce prix.
Ici, on est un peu confronté aux limites de l’exercice. 90% des membres du jury, viennent de médias, principalement papier, dont les titres aux ventes en berne, sont surtout financés par les gros annonceurs type Chanel. Et ne les accuse pas de favoritisme, mais simplement, en situation de relative égalité (les 6 montres présentées étaient belles, mais aucune n’était exceptionnelle), les membres du jury, pourraient pencher naturellement vers une montre d’annonceur…

Chanel WatchParmigiani Fleurier tonda-mctropolitaine

Dans la catégorie, montre femme compliquée : la lauréate est « Lady Arpels Papillon Automate ».

Et ceci est l’illustration du propos précédent : ici, la Van Cleef se détachait très nettement, car la montre est aussi belle que les autres. Mais elle embarque un automate qui fait battre les ailes du papillon sur un axe de +/- 50°, parallèlement au cadran. Cet automate, dans ce sens, offre de nouvelles perspectives à la tridimensionnalité horlogère. De surcroît (et ce fut le plus dur à mettre au point), les ailes battent aléatoirement, en nombre comme en période, survolant une déco magnifique, probablement un peu au-dessus des autres pièces en compétition (je reste mesuré, puisque je n’ai pas eu l’occasion de les admirer à la loupe).
Même le speech du gars de Van Cleef était bon. Bref pour citer Edouard Baer au GPHG : « J’ai kiffé ma race ».
Si j’étais millionnaire, j’en commanderais direct 2 pour ma femme. Heureusement, je n’ai plus de femme. Ouf.

Digressons entre amis : Van Cleef prouve depuis 10 ans déjà que c’est possible de renouveler le business, en révolutionnant, les complications et le discours. On peut évidemment remplacer ceci par « esthétique » et « storytelling », ou encore « prix » et « distribution », etc…
Ceci va faire l’objet d’un article à venir, mais je suis convaincu d’un avenir radieux pour le business horloger, à un horizon de 10 à 20 ans. En attendant, on va chialer nos races pendant encore 2-3ans.

 

Viens ensuite la montre homme: « Bvlgari Octo Finissimo Automatic ».

Comme la Van Cleef, rien à dire, la montre surclasse les autres. On peut penser à la GF avec ses magnifiques côtes de Genève, mais 150k pour une trois aiguilles, ça fait cher. La Seiko est aussi très intéressante (et félicitation à eux de revenir dans une compétition Suisse), mais clairement moins sexy que cette Bvlgari.
En fait, l’Octo est à la base un design un peu baroque, mal exploité par Gérald Genta la marque. Bulgari l’a purifié pour le transformer, au fil des versions en une proposition de plus en plus convaincante. Qui sans inquiéter les Royals Oak et les Nautilus, est néanmoins aujourd’hui la pièce maculine la plus convaincante des maroquiniers tentant de s’imposer dans l’horlogerie de Luxe (Chanel, Dior, Vuitton, etc.). Et ce, de loin.
Et cette dernière version titane mat sur cadran gris sac poubelle, qui à mon sens s’inspire des gris poubelles des Porsches (vous savez, ce gris souris non métallisé d’inspiration 60’, dit « Sport Classic Gray », je vous recommande aussi le « Graphit Blue »). Tout est juste dans cette pièce, notamment le positionnement de la petite seconde et la couleur et la police des index. Son seul problème réside dans son prix relativement élevé (13k chf sur bracelet titane), quasiment le double d’une Rolex Submariner, pour une pièce de même catégorie. Elle reste néanmoins les 3 aiguilles dessinées par le génie Genta la moins chère du marché.

Évidemment, on a eu droit au sketch de Babin, le meilleur StandUper de cette soirée. On y revient plus bas.

bulgari-Octo hd01 Porsche light grey poubelle

Puis on enchaîne sur la catégorie chronographe : « Parmigiani Fleurier Tonda Chronor Anniversaire ».

Là, c’est l’incompréhension. Dans toute soirée Stand Up, il y a un fail, un truc moins drôle, c’est inhérent à l’exercice, mais ici, c’est l’épic fail, du début à la fin.
Tout d’abord le choix de la pièce, j’adore PF, et on attendait ce Chronor depuis des années, mais c’est une déception. Au départ, ce Chronor devait intégrer une Foudroyante, qui a sauté en cours de conception. Par contre le prix est resté celui d’un chronographe compliqué : 135000k soit la catégorie de prix d’une Patek 5270, qui inclue un QP et qui est le plus beau chrono de Patek depuis le 1518 (à mon avis, la secte, svp, ne m’envoyez pas les sicaires, en vous remerciant). Mais également le double du prix d’un Lange Datograph, ça fait cher la rattrapante. Enfin les finitions du Chronor : qualitativement, rien à dire, ils sont au top. Mais la construction est étrange : PF a opté pour un pseudo squelettage, au lieu d’avoir une construction traditionnelle en étage, comme sur les vintages type Longines 13ZN ou Angélus 217, ou encore Lange L.95X. Ce choix de squelettage est carrément rédhibitoire, car faisant un peu cheap, surtout à un prix aussi délirant.

Ici, on dirait que le jury s’est laissé impressionné par le luxe, mais ce choix de pièce est totalement incompréhensible, Tant tous les autres choix étaient meilleurs : notamment le chrono Monblanc avec son boîtier bronze et son mouvement Minerva (pardon, Montblanc Villeret, lol ?) était plus sexy… Et même si j’aime le bronze, dans un sens le Tag Heuer Autavia était encore plus réussit : un chrono néo-vintage réussit chez Tag, est un tel exploit qu’il mérite le prix, surtout à un prix public de 4500 balles, alors qu’en choisissant une pièce aussi délirante que le Chronor le jury fait décrocher le public des fans d’horlogerie qui attend certainement que des pièces moins élitistes soient récompensées.

parmigiani-tonda_chronor_anniversaire tag-heuer-Autavia

Puis vint l’intervention de Michel Parmigiani. Qui était dans la moyenne des autres interventions soporifiques, sauf qu’elle était plus longue, et que la régie, l’a trollé violemment en le coupant à mi-intervention avec une musique super-forte, et Michel qui tentait de hausser la voix pour couvrir la musique de fond (les lauréats sont limités à 1min30 d’intervention). C’était tellement irrespectueux (mais drôle), que je m’attendais à ce qu’il le sorte de scène avec un crochet.

Ici, on parle de Michel « fuckin' » Parmigiani, le fondateur d’une belle marque éponyme, s’attendrait-on à ce qu’ils dégagent M. Patek ressuscité ou Philippe Dufour de cette manière ?

C’est vous dire :

hitler Même moi ça me choque grandfinal

La régie du GPHG et le respect :

Les parties 2 & 3 dans pas trop longtemps.

Merci de votre fidélité, à bientôt.
Malik.