" Il y a pire que de braquer une banque, c'est d'en fonder une" Bertolt Brecht
Revues horlogères
Partager

Panerai PAM372 : le point de corde

Le 27 mai 2016
Malik
Malik "Pifpaf" Bahri
L'auteur.

Caractéristiques

  • Boitier acier 47mm sur 16.5mm, étanche 100m
  • Calibre P.3000
  • Fréquencé à 21600 a/h pour 72 de RdM
  • 16.5 lignes (37, 2mm) sur 5.3mm
  • 21 rubis, 160 composants, 2 barillets
  • Série NON limité
  • Prix env. 7500chf neuf, 5500chf d’occasion

Les plus

  • Finitions en hausse
  • Série NON limité
  • Presque conforme historiquement
  • Beau calibre avec grand balancier et finitions brossés
  • Prix raisonnable en seconde main pour une 47mm historique
  • La PAM historique pour les nuls ou fauchés
  • Boitier magnifique avec son arrête sur le coté
  • Grande étape dans l’histoire de l’OP-Neuchâtel
  • Plexy pour les amateurs

Les moins

  • J’aime pas les plexys
  • Cornes trop plates
  • Qui pénalise un peu le confort au porté
  • Cadran ramassé dû au réhaut « cheminé »
  • Luminova Beige
  • Boitier gravé en haut et en bas, façon Port Salut

« Celui qui a dit que l’argent ne faisait pas le bonheur ne savait tout simplement pas où faire son shopping » Bo Dereck 

 

Salut les Ristis, salut les gens,

Les gens, vous n’avez pas encore votre Panerai ? Vous voulez rater votre vie ou quoi ?

A l’occasion d’un deal entre potes, j’ai gardé la 372 d’Attirail Strap, quelques jours au poignet, et ceci m’a inspiré cette rapide revue.

On va évacuer le problème de suite : j’écris souvent mes revues sous le coup de l’émotion, car, j’ai eu une grosse patate en main, et que l’effet de souffle de la surprise me laisse encore collé sur mon fauteuil (en cuir svp, je ne pouvais pas faire moins que dans la E500.)

Mais pas là.

Cette revue est nécessaire, parce qu’avec 5ans de recul (la PAM372 ayant été présentée au SIHH2011), on peut dire qu‘elle est une montre majeure dans l’histoire de l’OP, au moins aussi importante, que la 232, la 000 et la 127 (je passe sur les anecdotes intouchables style 021 et 203).
D’ailleurs, sa ref. commerciale bien entendu, une anagramme de 127, première référence « 1950 » 47mm, qui malgré sa beauté sauvage n’était pas exactement conforme historiquement, mais semblait plus conforme à la MM20 du génial faker Ken Sato (l’Arsène Lupin de l’hommage Panerai)…

  • Jusqu’à ce SIHH2011, la Panerai historique en 47mm était rare et précieuse comme une chatte dans une maison d’arrêt. Pire, comme une chatte serrée dans une maternité. Bref, c’était, comme on dit chez nous, la hass, n’est-ce pas ?

Puis j’ai la chance d’assister à ce SIHH2011 , comme je l’avais prédit à l’époque, ce fut l’apogée de l’OP, 371, 382; bonheur, que du lourd, et surtout, la libération en série courante de la 372, un tout petit pas pour l’horlogerie, un immense pas pour l’Anghélo Bonatissimi.

Panerai PAM372 (6)

Pensez-vous : la PAM372 c’est d’abord un boîtier, un fantasme humide enfin assouvi, il reprend notamment les traits de la 6154 « Little Egyziano »: boitier symétrique avec une arête sur le côté, qui l’affine encore, un chef d’œuvre d’équilibre des formes, qui devrait inspirer les futures générations de designers horloger. Il est terminé par des cornes plates très réussies ; néanmoins, celles-ci sont un peu pénalisantes du point de vue du confort, puisqu’elles génèrent un jour entre le bracelet et le poignet (pourtant, le mien, est gras, ceci ne devrait pas arriver !)…
Ce boîtier est quelque peu, à mon goût, gâché par le monstrueux protège couronne (très volumineux sur ces modèles « 1950 v2») et les gravures cheap, avec le numéro de boîtier et le modèle en haut et en bas du boîtier. Ce n’est pas une putain de Bell&Ross ou  une IWC-Kern-Kikoolol pour graver des conneries sur les flancs !!  Port-salut, sort de ce boîtier !!

Panerai PAM372 (9)Panerai PAM372 (1)

C’est ensuite un calibre, enfin, lui aussi, conforme historiquement ; visuellement, il emprunte beaucoup aux Angelus, mais avec des caractéristiques plus proches de du Rolex-Cortebert 618. Grand format, grand balancier et basse fréquence, comme un calibre de montre de poche : 16.5 lignes (37, 2mm) sur 5.3mm, 21600 a/h pour 72h de RdM via deux barillets. 21 rubis et 160 composants. Sa construction et ses caractéristiques, démontrent une volonté réelle de l’OP de produire un calibre de qualité sur le plan technologique et chronométrique (fort empierrage, deux barillets pour une RdM assez basse, donc une usure mécanique modérée). La finition brossée et la découpe des ponts, est sobre et conforme à l’histoire (mais pas dans la dernière mouture de 2016 du P.3000 qui veux faire « Haute Horlogerie », nawak…). Seul bémol, histoire de chipoter : les anglages sont fait machine, et ça se voit méchamment avec le bon matériel photo, dont je dispose

Panerai PAM372 (11)Panerai PAM372 (10)

PAM téléphone maison, Cortebert, l’origine :

Panerai PAM382 Bronzo (5)

Enfin, la PAM372, c’est un cadran : comme le reste de la montre, le niveau de qualité perçu est en très nette hausse, par rapport, par exemple aux PAM127 et 232. Les chiffres du sandwich sont mieux découpés, la police est gravée et conforme historiquement (ou un peu prés, on se détend, la police des polices d’écritures).
Comme c’est l’OP et qu’ils ne peuvent pas s’empêcher de déconner un peu, ils ont choisi une couleur de Luminova beige, qui d’une part lume moins, et qui d’autre part fait fausse couleur locale, le vert luisant est fortement regretté.

Panerai PAM372 (3)

Les détails, sont aussi très soignés : le bracelet est magnifique, épais, assez souple, d’une belle couleur marron qui vire progressivement vers le cognac puis le bordeaux, les gravures sur la bague du fond sont de la bonne police d’écriture, et le verre plexy satisfera les amateurs de vintage. J’ai personnellement du mal à deux niveaux avec ce plexy, d’une part, parce J’AIME PAS LES PLEXYS, d’autre part, parce qu’il ramasse visuellement l’ouverture de cadran, ce qui rend la montre un peu trop fermée, plus que les vintages, ce qui est un comble…
Mais on est absolument, à ce dernier sujet, dans la sodomisation, féroce, mugissante et à sec, des diptères.

Avec des qualités pareilles, et en étant proposé en série courante, cette pièce est devenue terriblement commune en 2016, autour de 15000 exemplaires ont été produits, c’est devenue la base pour le Risti, pas trop chère en occaz (comptez 5000€ pour un modèle propre), facile à porter, historique…

D’ailleurs, elle tient assez mal la côte, vu qu’il y a un delta de 2000-2500€ entre le prix neuf et l’occaz, ce qui démontre assez bien, que Panerai, est définitivement une marque de niche, avec des capacités d’absorption très limitées. A titre de comparaison, sur la même période Rolex a vendu environ 150000 Daytonas, 10 fois plus.

Panerai PAM372 (7)Panerai PAM372 (1)

Et bien qu’elle fasse plus hurler personne dans les bouffes de Ristis, cette 372  marque une étape majeure dans l’histoire de l’OP  : la fin de la rareté autour de 47mm historiques, le fantasme ultime du risti enfin accompli :

La sérénité en somme.

t’as épousé la grosse mitcho qui te faisait bander à mort pendant 10 ans, tu la bourre tous les soirs, elle ne te coûte plus trop cher, et tu prends quand même du plaisir. 

Personnellement, je pense que les variantes, comme la PAM422 (plus vivante avec sa grande seconde), ou PAM587 (plus belle sans le décapsuleur) sont plus abouties, mais la question n’est pas là.
D’ailleurs, on devrait baptiser cette 372, la Luminor 47mm Historique « Base », tant c’est le must-have quand on se sait pas quoi faire chez Panerai. C’est pourquoi précisément, le virage le plus serré de l’OP en termes de gamme de produit est matérialisé par cette PAM372.

In case of emergency, buy a PAM372.

Chers Amis, Chers Lecteurs, vous soutenez la liberté d’expression ? Vous aimez ce contenu ?
Alors partagez-le sur les réseaux sociaux. Merci.

Salam et ce genre de choses.
Pifpaf.

Panerai PAM372 (4)